Yogi Marin large

Le souffle, un gommage de l’intérieur…

 

La respiration est la seule fonction physiologique essentielle que nous pouvons laisser fonctionner de façon totalement automatique ou bien prendre volontairement en main. Elle est également à la fois pleinement ancrée dans le physique et dans l’émotionnel (les grandes émotions sont « à couper le souffle »).

La pratique du yoga a fait de la respiration son pivot entre le yoga extérieur (qui s’intéresse plutôt au corps via les postures) et le yoga intérieur qui s’intéresse au mental, à l’émotionnel et au spirituel.

Apprendre à travailler le souffle dans la respiration (pranayama) permet d’ouvrir un espace de liberté intérieure où quelque chose de différent peut advenir. Où les pressions du stress, les ratiocinations du mental, les tensions du corps peuvent s’estomper. Le souffle comme un plumeau pour gommer très doucement les aspérités qui accrochent et freinent la libre circulation. Le souffle qui emplit et qui vide, qui polit. Encore et encore, chaque fois un peu plus profondément.

Le souffle qui permet  de faire enfin silence pour écouter.