Yogi Marin large

Sous pression…

Dans les périodes de stress, nous avons l’impression que l’espace se rétrécit et nous enserre. Nous « collons » de plus en plus à l’expérience sans pouvoir mettre de distance entre elle et nous. Nulle échappatoire accessible et la cocotte-minute du mental se met à bouillonner de façon incontrôlable. Yoga et bouddhisme désignent cette sensation sous le terme dukkha, souvent traduit par souffrance mais qui signifie également espace resserré. Tous nous cherchons à échapper à la souffrance du stress. Souvent dans la fuite ou en nous barricadant…

Le yoga propose au contraire de faire face au stress sans fuite ni combat, en nous positionnant au centre de la respiration. En période de stress, celle-ci devient courte et saccadée. Par la pratique des postures et une attention soutenue à la respiration, l’espace s’ouvre peu à peu, la tension diminue, une distance rafraichissante s’installe . Alors, comme par des trouées dans la brume, se dévoile une position centrale où le stress n’a plus de pouvoir délétère, où les choses apparaissent simplement comme elles sont : problématiques peut-être, mais plus inextricables.

Simplement par le travail sur ce lien entre la partie la plus matérielle et la plus spirituelle de nous-même : le souffle.